Private equity ou Capital- investissement

Patrimoine Actions
Fiche pratique

Investir en Private equity ou Capital-Investissement, selon la traduction, c’est acquérir des actions d’une société qui n’est pas cotée sur les marchés financiers.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Investir en Private equity ou Capital-Investissement, selon la traduction, c’est acquérir des actions d’une société qui n’est pas cotée sur les marchés financiers.

Définition

En Private equity, un investisseur achète des titres d'une société en recherche de fonds propres. Les sociétés en question ne sont pas cotées en bourse

Le Private equity finance plusieurs étapes d’une société : la création, le lancement, le développement ou encore le redressement de celle-ci, en participant au capital ou en prenant part à une augmentation de celui-ci.

Le principe consiste à prendre une participation dans une société non cotée en bourse, puis de la revendre avec une plus-value potentielle.

Pour les modalités, il s’agit de l'achat de titres détenus par des actionnaires désirant sortir du capital de la société ou lors d'une augmentation de capital avec souscription de nouvelles parts.

Cette classe d’actifs à part entière, appelée également Capital Investissement, représente un soutien fondamental et indispensable tout au long du cycle de vie de l’entreprise, souvent confrontée aux limites des sources traditionnelles de financement ( fonds propres, emprunt bancaire, appel public à l’épargne, introduction en bourse).

Différentes formes

Le capital risque (ou capital innovation)

L’investissement en capital sert à accroître les fonds propres de l’entreprise.

Aussi appelé venture capital, il finance le lancement de l’activité au démarrage.

L’investisseur prend le risque de perdre son investissement si l’entreprise ne démarre pas, et de ne pas pouvoir vendre sa participation.

Le capital développement (growth capital ou capital croissance)

L’achat de titres non cotés, en prenant une participation minoritaire, s’effectue lors d’une augmentation de capital. Le but est de financer le développement en phase de croissance (croissance interne ou externe).

Le capital retournement

Il s’agit ici de financer une société en difficulté financière.  

Le financement de la restructuration d’une entreprise en difficulté, va lui permettre de renouer avec les profits au terme d’une phase de réorganisation.

L’investissement n’est pas que financier, les fonds de capital en Private equity s’impliquent dans la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie

Le capital transmission

C’est le financement avec l'entrée au capital d’une entreprise pour l’accompagner dans sa transmission ou sa cession. Le cas classique est celui des actionnaires majoritaires qui souhaitent se retirer.

Traditionnellement, ceci s’accompagne d’un endettement pour à la fois le financement de l’acquisition de titres, et en parallèle le financement d’une augmentation de capital pour poursuivre le développement de l’entreprise, par le biais des opérations de croissance externe.

On parle de LBO (Leverage Buy-Out) avec le recours au prêt et bénéficier ainsi de l’effet de levier.

Qui sont les investisseurs ?

L’investisseur peut être un particulier, personne physique. Il investit directement dans le capital d’une entreprise ou encore, à travers un fonds spécialisé (fonds, société d’investissement).

Un particulier peut se porter acquéreur de parts de ces fonds en sélectionnant des sociétés, et en devenant directement actionnaire.

L’investissement en direct via les plateformes de crowdfunding ou « financement participatif » se fait par la mise en relation de particuliers investisseurs et de sociétés non cotées à la recherche de capitaux.

Les sociétés, et les fonds de capital-investissement, réunissent les sommes que les investisseurs souhaitent investir, et constituent un portefeuille de prises de participations dans des sociétés non cotés.

Quelques types de fonds :

  • Les FCPR (Fonds Communs de Placement à Risques), les FPCI (Fonds Professionnels de Capital Investissement).
  • Les FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation), investis en titres de sociétés innovantes non cotées en bourse.
  • Les FIP (Fonds d’Investissement de Proximité), investis dans des PME (Petites et Moyennes Entreprises) régionales non cotées en bourse.
  • Les SLP (Sociétés de Libre Partenariat) qui permettent d’investir dans tout actif pouvant faire l’objet d’une valorisation.
  • Les SCR (Société de Capital-Risque) avec prise de participation dans le capital de sociétés non cotées.

Le Private Equity est une classe d’actifs, décorrélée des marchés financiers. Il participe au financement de l’entreprise tout au long du cycle de vie.

La durée de placement et le risque

Comme tout investissement en actions, la durée de détention de ce placement est longue.

Deux risques principaux :

Le risque de liquidité

Les actions ne sont pas cotées sur un marché organisé.

Contrairement aux marchés boursiers, la cession des titres n’a pas la même liquidité, et donne lieu à un processus de vente, plus complexe.

A noter que si l’acquisition des titres s’effectue dans le cadre d’une incitation fiscale, la durée de détention minimale exigée est de 5 ans. 

Le risque en capital

Le capital investi n’est pas garanti comme tout placement en actions.

Le risque potentiel peut aller jusqu’à la faillite de l’entreprise et la perte de la totalité du capital investi.

Les espérances de gains en contrepartie de cette prise de risque sont élevées, sans pour autant être garantis.