La courbe des taux

Patrimoine Patrimoine mobilier
Fiche pratique

La courbe des taux est la courbe qui reflète les rendements des obligations d’Etat de plusieurs maturités, c’est-à- dire de durées différentes. Cette courbe de rendement représente graphiquement l’écart entre les taux d’intérêts des obligations d’État à court et à long terme.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Définition

La courbe des taux est la courbe qui reflète les rendements des obligations d’Etat de plusieurs maturités, c’est-à- dire de durées différentes.

Cette courbe de rendement représente graphiquement l’écart entre les taux d’intérêts des obligations d’État à court et à long terme.

La courbe prend en compte les taux d’intérêts sur la durée, avec des obligations ayant des échéances différentes, mais ayant la même qualité de crédit.

En théorie, une obligation rapporte moins sur une durée courte que la même obligation sur une durée longue.

La durée de placement fait que la rémunération espérée est différente ; Plus le temps de mobilisation est élevé, plus le rendement espéré l’est aussi.

Dans des circonstances normales, les investissements à long terme ont des rendements plus élevés que ceux à court terme.

Voici pour la théorie.

Courbe des rendements

De façon générale, on parle aussi de la courbe des rendements.

En matière de placements, l’investisseur s’attend à être mieux rémunéré s’il monopolise son investissement sur une longue durée.

En second lieu les différents produits financiers diffèrent sur la manière d’évoluer.

Traditionnellement

Les produits de trésorerie servent d’épargne de précaution, destinée à financer des imprévus à court terme. Elle se doit d’être sans risque mais son rendement est faible.

(Faible rémunération)

Sur le moyen terme, une épargne qui ne nécessite pas d’être disponible immédiatement. Pour autant la prise de risque est d’en perdre une partie. Cette épargne devra être placée avec un couple rendement-risque faible.

(Rémunération un peu plus élevée)

Pour le long terme, il est possible une prise de risque en contrepartie d’une perspective de rendement.

(Rendement plus élevé espéré)

La courbe de rendement normale :

Dans cette configuration, les obligations à long terme affichent des taux d'intérêts plus élevés que les obligations à court terme. La croissance est attendue sur la durée. Il n’y a pas de frein à investir sur le long terme.

D'ordinaire, les taux à 10 ans sont supérieurs aux taux à 2 ans.

La courbe de rendement inversée :

Dans cette hypothèse, les obligations à court terme ont des rendements plus élevés que celle sur le long terme.

La courbe de taux est dite inversée lorsque les taux d'intérêt du long terme se retrouvent à des niveaux inférieurs à ceux du court terme.

Dans cette situation, les taux longs passent sous les taux courts.

Une anticipation

Les marchés anticipent une hausse des taux directeurs qui vont grimper.

Investir dans une obligation sur du long terme alors que celle-ci rémunère moins qu’une obligation sur du cours terme peut s’avérer aussi une stratégie : une éventuelle récession future à plus ou moins court terme verra une politique monétaire s’assouplir.

La tension inflationniste, un ralentissement de l’activité économique, sont autant d’éléments qui impactent une politique monétaire.

Exemple

Une prévision que les taux longs baisseront plus vite que les taux courts.

Les taux courts augmentent, mais les taux longs ne remontent pas, ou du moins pas si vite.

A cela s’ajoute l’aversion au risque

Certaines périodes sont propices au risque. Certes les raisons peuvent être économiques, mais elles peuvent aussi avoir une base conjoncturelle, comme une crise sanitaire, par exemple.

Les investisseurs sont plus frileux et épargnent sans risque.

Il apparait un aspect sécuritaire avec une obligation qui donnerait un rendement (stable) sur une durée de 10 ans par exemple. C’est mieux que la même obligation qui ne le ferait que sur 2 ou 3 ans.

Pour autant, il y a une inconnue :

Si la tendance inflationniste continue, il est difficilement possible de prévoir le rendement réel sur une longue durée, avec une obligation qui aurait le même taux sur la durée de, par le fait.

Avec une obligation court terme, la problématique est identique. Mais il sera alors possible, si l’inflation se développe, d’acheter au terme des 2 ou 3 ans une autre obligation, dont le taux proposé alors, offrira un rendement supérieur à l’évolution de l’inflation.

Le choix peut porter sur un rendement moins élevé sur une longue durée avec la garantie du taux qui n’évoluera pas.

Si entretemps, quelques années plus tard, les taux courts redescendent rapidement et baissent fortement, le rendement final, en tenant compte de la hausse du début et la baisse qui s’en suit, pondérera le rendement global en l’égalisant.

 

Le rendement contribue à la rémunération du risque.

Un investisseur sur du long terme « risque » son argent en contrepartie d’un rendement plus élevé.