Salaires : le prélèvement à la source

IMPÔT SUR LE REVENU - IRPP
Fiche pratique

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu au 1er janvier 2019 se matérialise pour les traitements et salaires par un prélèvement sur le bulletin de paye par l’employeur. Le salarié peut retenir différentes options.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Le calendrier de mise en place

Le prélèvement à la source instaure un changement fondamental dans les modalités de recouvrement de l’impôt sur le revenu. Pour les salariés, l’impôt sera prélevé à la source par l’employeur en fonction d’un taux personnalisé, calculé en fonction de la dernière déclaration des revenus.

Ainsi, dès le dépôt de la déclaration en ligne des revenus de 2017 (échéance en mai ou début 2018 selon de département), l’administration fiscale informe le contribuable du taux de prélèvement à la source qui sera transmis à l’employeur et applicable à compter du 1er janvier 2019.

Le taux de prélèvement à la source sera communiqué à l’employeur en septembre 2018 pour une application au 1er janvier 2019. 90% des contribuables auront un taux de prélèvement compris entre 0 et 10%.

Dès septembre 2018, dans le cadre d’une phase préparatoire (dite préfiguration), l’employeur aura la possibilité de transmettre au salarié le montant indicatif du prélèvement qui sera pratiqué à compter de janvier 2019.

Ensuite, sur le bulletin de payer de janvier 2019 et des mois suivants, le taux et le montant du prélèvement à la source apparaîtront clairement sur le bulletin de paye ainsi que le salaire avant et après prélèvement. Le taux du prélèvement sera ensuite actualisé en septembre 2019 en fonction de la déclaration des revenus de 2018.

Variation de situation

En cas de variation à la hausse ou à la baisse du salaire net, le prélèvement à la source s’ajuste automatiquement puisque le taux de prélèvement reste en principe identique. Une hausse de revenu entraînera une hausse du prélèvement et inversement.

En cas de changement de situation conduisant à une variation prévisible du montant de l’impôt (lié à un PACS ou un mariage, naissance d’un enfant, etc.), le contribuable peut demander une mise à jour en cours d’année du taux de prélèvement à la source. Il pourra simuler sur le site impots.gouv.fr la possibilité d’une modulation et pourra faire valider cette demande auprès de l’administration fiscale.

En outre, si le contribuable a plusieurs employeurs, l’administration communique le même taux de prélèvement à la source à chaque employeur.

Les différentes options

Les problèmes de confidentialité

La communication à l’employeur du taux de prélèvement à la source peut poser des problèmes de confidentialité. Un taux élevé peut indiquer à l’employeur que les revenus du conjoint sont importants et l’encourager à limiter l’augmentation salariale.

Pour faire face à ce problème, la législation permet aux contribuables de retenir différentes options comme l’application d’un taux de prélèvement individualisé pour chaque membre du foyer fiscal ou l’application d’un taux neutre. Ces options sont ouvertes en principe jusqu’en septembre 2018.

L’option pour un taux individualisé

En principe, le taux du prélèvement à la source est le même pour les deux conjoints ou partenaires de Pacs.

Néanmoins, les contribuables peuvent opter pour un taux individualisé calculé en fonction de leurs revenus propres et non en fonction de celui du foyer. Le taux individualisé sera calculé par l’administration et entraînera ainsi l’application de 2 taux de prélèvements différenciés pour chaque conjoint au lieu d’un taux unique pour les 2.

Le montant d’impôt prélevé au global demeura le même. C’est juste la répartition du paiement entre les conjoints qui sera différente.

Le taux non personnalisé

Les contribuables peuvent également opter pour l’utilisation d’un taux non personnalisé. Dans ce cas, l’employeur utilisera un taux en fonction d’une grille définie au III de l’article 204H du CGI. Elles sont également disponibles sur la documentation de l’administration fiscale (BOFiP, BOI-BAREME-000037 – 31/12/2018).

Il existe 3 grilles en fonction du domicile du salarié :

  • Pour la Métropole
  • Pour la Guadeloupe, La Réunion et la Martinique
  • Pour Guyane et Mayotte.

Ces grilles pourront être réactualisées chaque année, notamment dans la loi de finances. La législation stipule que l’employeur doit utiliser les grilles en vigueur au moment du calcul du prélèvement. Il existe néanmoins une tolérance lui permettant d’utiliser les grilles actualisées à partir du mois suivant leur entrée en vigueur.

Extrait actualité BOFiP du 15 mai 2020, BOI-BAREME-000037

Grille de taux par défaut applicable aux contribuables domiciliés en métropole en 2020

Base mensuelle de prélèvement

Taux applicable

Inférieure à 1 418 euros

0 %

Supérieure ou égale à 1 418 euros et inférieure à 1 472 euros

0,5 %

Supérieure ou égale à 1 472 euros et inférieure à 1 567 euros

1,3 %

Supérieure ou égale à 1 567 euros et inférieure à 1 673 euros

2,1 %

Supérieure ou égale à 1 673 euros et inférieure à 1 787 euros

2,9 %

Supérieure ou égale à 1 787 euros et inférieure à 1 883 euros

3,5 %

Supérieure ou égale à 1 883 euros et inférieure à 2 008 euros

4,1 %

Supérieure ou égale à 2 008 euros et inférieure à 2 376 euros

5,3 %

Supérieure ou égale à 2 376 euros et inférieure à 2 720 euros

7,5 %

Supérieure ou égale à 2 720 euros et inférieure à 3 098 euros

9,9 %

Supérieure ou égale à 3 098 euros et inférieure à 3 487 euros

11,9 %

Supérieure ou égale à 3 487 euros et inférieure à 4 069 euros

13,8 %

Supérieure ou égale à 4 069 euros et inférieure à 4 878 euros

15,8 %

Supérieure ou égale à 4 878 euros et inférieure à 6 104 euros

17,9 %

Supérieure ou égale à 6 104 euros et inférieure à 7 625 euros

20 %

Supérieure ou égale à 7 625 euros et inférieure à 10 583 euros

24 %

Supérieure ou égale à 10 583 euros et inférieure à 14 333 euros

28 %

Supérieure ou égale à 14 333 euros et inférieure à 22 500 euros

33 %

Supérieure ou égale à 22 500 euros et inférieure à 48 196 euros

38 %

Supérieure ou égale à 48 196 euros

43 %

Grille de taux par défaut applicable aux contribuables domiciliés en Guadeloupe, à La Réunion et en Martinique en 2020

Base mensuelle de prélèvement

Taux applicable

Inférieure à 1 626 euros

0 %

Supérieure ou égale à 1 626 euros et inférieure à 1 724 euros

0,5 %

Supérieure ou égale à 1 724 euros et inférieure à 1 900 euros

1,3 %

Supérieure ou égale à 1 900 euros et inférieure à 2 075 euros

2,1 %

Supérieure ou égale à 2 075 euros et inférieure à 2 292 euros

2,9 %

Supérieure ou égale à 2 292 euros et inférieure à 2 417 euros

3,5 %

Supérieure ou égale à 2 417 euros et inférieure à 2 500 euros

4,1 %

Supérieure ou égale à 2 500 euros et inférieure à 2 750 euros

5,3 %

Supérieure ou égale à 2 750 euros et inférieure à 3 400 euros

7,5 %

Supérieure ou égale à 3 400 euros et inférieure à 4 350 euros

9,9 %

Supérieure ou égale à 4 350 euros et inférieure à 4 942 euros

11,9 %

Supérieure ou égale à 4 942 euros et inférieure à 5 725 euros

13,8 %

Supérieure ou égale à 5 725 euros et inférieure à 6 858 euros

15,8 %

Supérieure ou égale à 6 858 euros et inférieure à 7 625 euros

17,9 %

Supérieure ou égale à 7 625 euros et inférieure à 8 667 euros

20 %

Supérieure ou égale à 8 667 euros et inférieure à 11 917 euros

24 %

Supérieure ou égale à 11 917 euros et inférieure à 15 833 euros

28 %

Supérieure ou égale à 15 833 euros et inférieure à 24 167 euros

33 %

Supérieure ou égale à 24 167 euros et inférieure à 52 825 euros

38 %

Supérieure ou égale à 52 825 euros

43 %

Grille de taux par défaut applicable aux contribuables domiciliés en Guyane et à Mayotte en 2020

Base mensuelle de prélèvement

Taux applicable

Inférieure à 1 741 euros

0 %

Supérieure ou égale à 1 741 euros et inférieure à 1 883 euros

0,5 %

Supérieure ou égale à 1 883 euros et inférieure à 2 100 euros

1,3 %

Supérieure ou égale à 2 100 euros et inférieure à 2 367 euros

2,1 %

Supérieure ou égale à 2 367 euros et inférieure à 2 458 euros

2,9 %

Supérieure ou égale à 2 458 euros et inférieure à 2 542 euros

3,5 %

Supérieure ou égale à 2 542 euros et inférieure à 2 625 euros

4,1 %

Supérieure ou égale à 2 625 euros et inférieure à 2 917 euros

5,3 %

Supérieure ou égale à 2 917 euros et inférieure à 4 025 euros

7,5 %

Supérieure ou égale à 4 025 euros et inférieure à 5 208 euros

9,9 %

Supérieure ou égale à 5 208 euros et inférieure à 5 875 euros

11,9 %

Supérieure ou égale à 5 875 euros et inférieure à 6 817 euros

13,8 %

Supérieure ou égale à 6 817 euros et inférieure à 7 500 euros

15,8 %

Supérieure ou égale à 7 500 euros et inférieure à 8 308 euros

17,9 %

Supérieure ou égale à 8 308 euros et inférieure à 9 642 euros

20 %

Supérieure ou égale à 9 642 euros et inférieure à 12 971 euros

24 %

Supérieure ou égale à 12 971 euros et inférieure à 16 500 euros

28 %

Supérieure ou égale à 16 500 euros et inférieure à 26 443 euros

33 %

Supérieure ou égale à 26 443 euros et inférieure à 55 815 euros

38 %

Supérieure ou égale à 55 815 euros

43 %

Ces taux personnalisés seront en outre également applicables si l’administration fiscale est dans l’impossibilité de communiquer un taux à l’employeur. C’est le cas notamment en cas de début d’activité professionnelle et pour les personnes qui sont fiscalement à la charge de leurs parents.

Un abattement spécifique d’un demi-SMIC (soit 624 € pour 2019) est en outre appliqué sur le montant du prélèvement à la source dans le cas d’un contrat court (CDD de moins de 2 mois ou avec un terme imprécis).

Les salariés optant pour le taux neutre devront le cas échéant verser à l'administration fiscale un complément égal à la différence entre l'application de son taux personnel de prélèvement et l'application du taux non personnalisé.