Médecins : TVA et rétrocession d’honoraires

TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE (TVA)
Actualité

Dans un rescrit publié le 15 janvier, l’administration fiscale précise le régime de TVA applicable en cas d’honoraires rétrocédés à un médecin remplaçant (actualité BOFiP du 15 janvier 2020). Exonération ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Dans un rescrit publié le 15 janvier, l’administration fiscale précise le régime de TVA applicable en cas d’honoraires rétrocédés à un médecin remplaçant (actualité BOFiP du 15 janvier 2020).

Exonération des prestations médicales

Selon le 1° du 4 de l’article 261 du CGI issu de la transposition de l’article 132 de la directive TVA 2006/112/CE, les prestations de soins dispensées aux personnes par les membres des professions médicales et paramédicales réglementées sont exonérées de TVA sans possibilité d’option.

Un arrêt de la CJUE (Cour de justice de l’Union européenne) est venu préciser les conditions de l’exonération de TVA. Elle s’applique lorsque les 2 conditions suivantes sont réunies (CJUE, 10 septembre 2002, affaire 141/00) :

  • Il s’agit de prestations de soins à la personne
  • Les prestations fournies sont réalisées par des personnes possédant les qualifications professionnelles requises.

Le cas de la rétrocession d’honoraires médicaux

Dans le cadre d’un rescrit, l’administration vient de répondre à une question relative à l’application ou non de la TVA sur une rétrocession d’honoraires entre médecins. Les patients versent dans ce cas les honoraires au médecin remplacé et ce dernier reverse ensuite ce montant au médecin remplaçant à l’exception d’un pourcentage représentant une redevance couvrant les frais de fonctionnement tels le loyer des locaux et les installations professionnelles.

En application de l’article 261 du CGI et de la jurisprudence de la CJUE, l’administration fiscale considère que les sommes reversées par le médecin remplacé à son remplaçant à l’issue du contrat de remplacement doivent être exonérées de TVA. Le fait que les patients paient directement le médecin remplacé est sans incidence sur l’exonération. La nature de la prestation réalisée n’est pas modifiée dans ce cas.

En revanche, la redevance retenue par le médecin remplacé au titre des frais de fonctionnement (mise à disposition des installations et locaux) doit être soumise à la TVA dans la mesure où il ne s’agit pas d’une prestation de soins à la personne.

Source : https://bofip.impots.gouv.fr/bofip/12016-PGP.html?identifiant=BOI-RES-000056-20200115