Avance sur assurance vie et déductibilité des intérêts, qu’en est-il ?

Actualité

La question s’invite de nouveau Un parlementaire, le député Michel Delpon, interroge le ministre de l’Economie, lors d’une question à l’Assemblée. Le député pose la question du traitement des intérêts, d'une ...

Accès illimité même hors ligne

PDF

La question s’invite de nouveau

Un parlementaire, le député Michel Delpon, interroge le ministre de l’Economie, lors d’une question à l’Assemblée.

Le député pose la question du traitement des intérêts, d'une avance consentie sur un contrat d'assurance vie en matière de revenus fonciers.

En effet, les intérêts d’emprunt sont déductibles des loyers encaissés, en matière de revenus fonciers. Alors qu’en est-il exactement, si la somme empruntée provient d’une avance en assurance-vie ? Notons que l’avance est consentie moyennant remboursement d’intérêts. Est-elle donc considérée comme un prêt, avec l’ensemble des prérogatives qui vont avec.

Le code des assurances, en son article L. 132-21  prévoit qu’un assuré a la faculté d’obtenir une avance sur son contrat. « Dans la limite de la valeur de rachat du contrat, l'assureur peut consentir des avances au contractant ». 

Dans le bulletin officiel des finances publiques-impôts (BOI-RPPM-RCM-20-10-20-50, § 130), l’administration définit cette avance comme un prêt. 

La teneur exacte de la question

Le député a demandé au ministre si « le contribuable qui utilise une avance pour acquérir un immeuble donné en location nue peut déduire de ses revenus fonciers les intérêts de l'avance consentie selon les principes de l'article 31 du code général des impôts (lequel autorise aux contribuables la déduction de leur revenu net foncier des intérêts de dettes contractés pour la conservation, l'acquisition, la (re)construction, l'agrandissement, la réparation ou l'amélioration des immeubles donnés en location) ».

Quelles sont les conditions d’application, pour que cette opération puisse avoir lieu.

Déjà fin 2017

Claude Malhuret, le sénateur de l’Allier interrogeait le ministre à ce propos. Il lui demandait sa position sur l’utilisation des intérêts dus au titre d’une avance. A ce titre il rappelait (lui aussi) l'article 31 du code général des impôts.

En attente de réponse (au pluriel) du Ministère de l'économie et des finances qui tarde à venir.

Accès illimité même hors ligne

PDF

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Note actuelle
(1 vote)
Votre note

Commentaires

Aucun commentaire, soyez le premier à commenter cet article !

Votre commentaire sera publié après connexion.

Une question sur cet article ?

Les questions liées sur le forum

Aucune question en rapport sur le forum.

Posez votre votre question sur le forum