L’assurance vie dans la tourmente avec les taux d'intérêts négatifs

Actualité

  Le placement préféré des Français L'assurance-vie reste le placement favori des Français, avec 1 765 milliards d'euros investis, dont les deux tiers sur des supports dits "en euros". Un ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

 

Le placement préféré des Français

L'assurance-vie reste le placement favori des Français, avec 1 765 milliards d'euros investis, dont les deux tiers sur des supports dits "en euros".

Un premier acteur de l’assurance réagit : Generali « ferme le robinet du fonds euro »

Son contrat Euro sera fermé aux nouvelles souscriptions dès le 1er octobre. Plus exactement une nouvelle souscription ou un versement complémentaire devra comporter au minimum 60 % en unité de compte.

Afin d’inciter les clients détenant le contrat multisupport, en fonction de la part UC (Unité de Compte) du contrat, ils se verront octroyer un bonus de performance en fonction de la part d’UC (hors G Croissance).

Pour rappel

Les supports "en euros" désignent des supports dont le capital et les intérêts sont garantis, et ceci quelle que soit l'évolution de la conjoncture économique et financière. Ce qui devient une problématique pour les assureurs.

Afin de pouvoir maintenir cette rémunération aux épargnants, les assureurs quant à eux placent leur argent sur les marchés pour générer des bénéfices, majoritairement sur des produits peu risqués et donc à faiblement rémunération, comme les obligations d'État.

Dans un souci de maintien dans le temps des rémunérations, ils lissent les rendements versés aux clients, grâce à la provision pour participation aux bénéfices, en cas de coups durs (qu'ils mettent de côté).

Les assureurs mettent en réserve une partie des bénéfices au lieu de les reverser immédiatement aux épargnants.

Les mesures

Dans un environnement de taux d'intérêts bas, voire négatifs, les assureurs éprouvent des difficultés pour verser les niveaux de rémunération conséquents.

Generali déclare son intention de baisser "très significativement" la rémunération de ses fonds en euros.

Pour Allianz France : "Nous faisons partie de ceux qui pensent que le fonds euros est un vestige d'un passé révolu où les taux d'intérêts étaient positifs et qu'il faut lui substituer un produit qui soit durablement attractif dans le contexte financier actuel. »

Là aussi, les conditions d'accès à ses fonds en euros vont se durcir : un placement de 1 million d'euros aura une contrainte d'investir 50 % de cette somme sur des supports en unités de compte (UC).

D’autres pistes mentionnent, les bonus de fidélité ou la participation aux bénéfices différée, ainsi le client ne la performance financière qu’au bout de plusieurs années. 

Baisse des rendements

En 2018 la rémunération moyenne des fonds « euros » était de 1,8%. Pour l’année prochaine les assureurs envisagent qu’ils vont beaucoup moins rapporter.

Accès à votre contenu
même hors ligne


ou
ou

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Note actuelle
(14 votes)
Votre note :
Commentaires

Aucun commentaire, soyez le premier à commenter cet article !

Votre commentaire sera publié après connexion.

Une question sur cet article ?
Les questions liées sur le forum

Aucune question en rapport sur le forum.