Le débat sur les droits de succession, n’est pas à l’ordre du jour

Actualité

Le débat sur les droits de succession Le débat n'est pas à l'ordre du jour, il n'aura pas lieu. Le chef de l'État a mis un point d’arrêt aux prémices ...

Accès illimité même hors ligne

PDF

Le débat sur les droits de succession

Le débat n'est pas à l'ordre du jour, il n'aura pas lieu.

Le chef de l'État a mis un point d’arrêt aux prémices d’un « futur », débat lancé par Christophe Castaner, secrétaire d’état auprès du premier ministre, chargé des relations avec le parlement, lors de sa conférence de presse de rentrée. Christophe Castaner avait déclaré vouloir « une réflexion sans tabou » sur les droits de succession.

Par ailleurs, il précisait qu'il s'agissait bien d'une piste de réflexion, et non « d’annonces ».

Un début d'annonce

Le lundi 17 septembre 2018, le président a coupé court, à l’idée d’une ébauche de débat, en excluant « formellement [...] toute modification des droits de succession » durant son quinquennat.

Le sujet, il faut l’admettre aurait rajouté un thème supplémentaire, sur la liste des sujets de réformes polémiques. Citons Emmanuel Macron, s’adressant à ses collaborateurs, « On a demandé des efforts aux retraités. Mais, maintenant, arrêtez de les emmerder », a-t-il tranché.

Les mots pour qualifier cet impôt sur les successions, ne sont pas tendres. Il serait devenu trop « complexe ». « Il est mal accepté, il n’a pas vraiment suivi l’évolution de la société et les nouvelles formes familiales », dixit Christophe Castaner, lors de sa conférence de presse. 

La taxation des successions

Rappelons, comment sont taxées les successions: par tranches et selon le degré de parenté, de l’héritier avec la personne décédée.

Le conjoint survivant quant à lui, a une place à part, il est exonéré de droits de succession. Quant aux héritiers en ligne directe, ils bénéficient d’un abattement, puis les droits sont calculés en fonction de tranches aux montants et taux successifs.

Le taux des droits de succession peuvent monter jusqu’au taux de 60%, pour les héritiers lointains.

Ce faisant, environ 90% des successions sont exonérées de droits. Une réforme de la fiscalité des successions aurait pour effet, un alourdissement de celle-ci. En effet, il est dans la volonté des politiques, de faire en sorte de privilégier «la volonté de libérer l'épargne pour la flécher vers l'investissement et de valoriser le travail plutôt que l'héritage ».

Le débat sur les droits de succession est clôt, Emmanuel Macron ne reviendra pas dessus.

Accès illimité même hors ligne

PDF

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Note actuelle
(1 vote)
Votre note

Commentaires

MM
MARYSE MARTIN
Il est certain qu'avec un score actuel de 29% de gaulois satisfaits si cette mesure avait été mise en oeuvre, il aurait pu avoir très froid en dessous de zéro !!!

Votre commentaire sera publié après connexion.

Une question sur cet article ?

Les questions liées sur le forum

Aucune question en rapport sur le forum.

Posez votre votre question sur le forum