Primaire de la droite : programme fiscal de François Fillon et d'Alain Juppé

- Actualité PATRIMOINE

Le second tour de la primaire de la droite pour les élections présidentielles aura lieu ce dimanche. C'est l'occasion de comparer le programme fiscal des deux candidats. Les orientations de ...

Sommaire

Accès illimité même hors ligne

PDF

Le second tour de la primaire de la droite pour les élections présidentielles aura lieu ce dimanche. C'est l'occasion de comparer le programme fiscal des deux candidats.

Les orientations de leur programme respectif sont identiques : augmentation de la TVA afin de financer la baisse des prélèvements obligatoires des entreprises pour restaurer leur compétitivité au niveau international.

En revanche, François Fillon annonce un niveau de changement plus radical que dans le programme d'Alain Juppé. Le premier annonce une réduction des prélèvements obligatoires de 50 milliards €, le second, une baisse de 35 milliards €. François Fillon annonce cependant une augmentation plus importante du taux de TVA.

Les principales différences sont reprises dans le tableau ci-dessous.

 

François Fillon

Alain Juppé

Réduction des prélèvements obligatoires

À hauteur de 50 milliards € (10 milliards pour les ménages et 40 milliards pour les entreprises)

À hauteur de 35 milliards (14 milliards pour les ménages, 21 milliards pour les entreprises)

Impôt sur les sociétés

Taux d'IS à 25% pour toutes les entreprises

Réduction du taux normal d'IS de 33,33% à 22% pour les PME, et de 33,33% à 30% pour les entreprises de taille intermédiaire et les grandes entreprises

TVA

Taux de TVA à 22% (au lieu de 20%) et à 12% (au lieu de 10%) soit une hausse globale de 16 milliards €

Taux de TVA à 21% (au lieu de 20%), soit une hausse globale de 6,5 milliards €

Impôt sur le revenu

Augmentation du plafond de l'avantage procuré par la hausse du nombre de parts sur le quotient familial : de 1.510 € actuellement à 3.000 € (coût de 3 milliards € pour le budget)

Abrogation du prélèvement à la source de l'IR

Réforme de l'imposition du capital (les dividendes, les plus-values mobilières notamment) : imposition à un taux unique de 30%, prélèvements sociaux inclus

Augmentation du plafond de l'avantage procuré par la hausse du nombre de parts sur le quotient familial : de 1.510 € actuellement à 2.500 € (coût de 2 milliards € pour le budget)

Report du prélèvement à la source de l'IR

Rétablissement de la taxation forfaitaire des revenus de l’investissement à un taux proche de 20 %. Imposition des plus-values mobilières de manière dégressive avec la durée de détention

 

Les deux candidats sont, en outre, favorables à la suppression de l'ISF et à la réduction des droits de donation.

À titre de simplification, ils souhaitent également, tous les deux transformer le CICE en baisse de cotisation patronale pérenne. François Fillon souhaite opérer cette bascule pour tous les salariés, alors qu'Alain Juppé est davantage favorable à un dispositif zéro charge au niveau du SMIC, avec des allégements dégressifs jusqu'à 1,8 SMIC, auquel s'ajouteraient 10 milliards d'allégements sur tous les salaires.