IR 2016, quelques idées pour réduire son imposition

Actualité

La campagne de l'IR 2016 est lancée et de nombreux contribuables se demandent comment réduire leur imposition. Il existe de fait de nombreux moyens de réduire son imposition. Voici quelques ...

La campagne de l'IR 2016 est lancée et de nombreux contribuables se demandent comment réduire leur imposition. Il existe de fait de nombreux moyens de réduire son imposition. Voici quelques uns des plus signifiants d'entre eux.

Les crédits et réductions d'impôt

Le législateur tend à favoriser certains investissements en accordant des crédits et réductions d'impôt.

Une réduction d'impôt vient directement diminuer le montant de l'impôt du (et non de la base imposable, comme les charges déductibles). Un crédit d'impôt produit les mêmes effets, à la différence près qu'il est remboursable s'il excède l'impôt du.

Il existe une pléthore de crédits et réductions, parmi lesquels on trouve :

  • le Pinel, relatif aux investissements locatifs neufs ou assimilés,

  • la réduction d'impôt pour les dons,

  • le crédit d'impôt pour la transition énergétique,

  • le Malraux, relatif aux immeubles historiques,

  • le crédit d'impôt concernant l'aide aux personnes,

  • le crédit d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile,

  • la réduction d'impôt pour la souscription au capital des PME.

L'avantage fiscal ne doit pas être la seule motivation guidant un investissement. En effet, il convient de regarder l'économie globale de celle-ci avant toute chose (rendement annuel, gain lors de la revente, imposition des revenus...).

L'assurance vie

L'assurance vie constitue un excellent moyen de réduire son imposition. En effet, les produits de celle-ci sont soumis à un taux particulièrement avantageux (un prélèvement libératoire de 7,5% s'applique pour les contrats de plus de 8 ans).

Ainsi, un contribuable soumis à un taux marginal d'imposition élevé (30, 41 ou 45%) aura tout intérêt à opter pour cette source de revenus.

Les pensions

Un contribuable subvenant aux besoins de son enfant majeur peut déduire de son revenu global une pension alimentaire dont le montant ne peut excéder 5732 euros. Pour cela, les sommes versées doivent être justifiées et l'enfant doit être dans un état de besoin et produire une déclaration séparée.

Il est possible de déduire un montant forfaitaire de 3407 euros (correspondant aux frais de logement et de nourriture) si le descendant vit sous le toit du déclarant.

Les sommes versées aux ascendants sont également déductibles, y compris s'ils vivent à l 'étranger. Pour cela, ces sommes doivent être justifiées et l'état de besoin du bénéficiaire de celles-ci doit être justifié.

Les revenus locatifs

Les revenus locatifs bénéficient d'une fiscalité relativement avantageuse. Ainsi, les contribuables soumis au régime des revenus fonciers (location nue) peuvent déduire de leurs loyers l'ensemble des charges liées à la propriété qu'ils ont supportées (intérêts d'emprunt, travaux, taxe foncière, charges de copropriété, assurance...). L'éventuel déficit est imputable sur le revenu à hauteur de 10 700 euros et vient ainsi diminuer le montant de l'impôt du.

La location meublée permet de déduire des amortissements et ainsi, le résultat net généré par cette activité est le plus souvent nul ou négatif (aucune imposition n'est donc due).

Les plus-values

Les plus-values des particuliers sont favorablement traitées, afin de fluidifier le marché.

Ainsi, les plus-values immobilières sont totalement exonérées d'impôt sur le revenu après 22 ans et de prélèvements sociaux après 30 ans.

Les plus-values sur valeurs mobilières bénéficient d'un abattement pour durée de détention dont le montant peut être égal à 85% de la plus-value brute (celle-ci est donc imposée sur 15% de son montant).