2020 : est-ce une bonne année pour les SCPI et le OPCI ?

Actualité

L’ASPIM (Association française des Sociétés de Placement Immobilier) et l’IEIEF (Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière) ont rendu leurs résultats. La collecte En 2020, ces placements ont collecté, ensemble 8 milliards d’euros. ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

L’ASPIM (Association française des Sociétés de Placement Immobilier) et l’IEIEF (Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière) ont rendu leurs résultats.

La collecte

En 2020, ces placements ont collecté, ensemble 8 milliards d’euros.

SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier)

Dans un contexte de crise sanitaire et économique, ces deux instruments d’investissements immobiliers ont su maintenir leurs collectes, certes, moins élevées que 2019 pour les SCPI, avec un volume inférieur de 30 %, mais c’est mieux que 2018, de10 % supérieur. 

Les SCPI ont collecté 6,03 milliards d’euros, et 1,95 milliards d’euros pour les OPCI.

Les SCPI enregistrent leur troisième meilleure année de collecte.

Les rendements

Pour les SCPI, le TDVM (Taux de Distribution sur Valeur de Marché) est de 4,18 %, d’où en légère baisse par rapport aux 4,4 % de 2019.

Les OPCI sont en négatif, ils voient leur performance annuelle, dividendes réinvestis tomber à -1,54 %. La baisse est limitée par les versements de dividendes. Ceux-ci amènent un rendement de 1,33 %.

La capitalisation

Ce qui donne une capitalisation de 71,4 milliards d’euros pour les SCP, soit une hausse de 9 % sur une année.

Pour les OPCI, leur capitalisation passe à 20 milliards d’euros, soit une progression de 7,5 % sur l’année.

L’année fut pourtant inégale pour la collecte, avec un très bon premier trimestre, et un dernier trimestre qui a fait l’objet d’un rebond.

Les investissements

En 2020 les SCPI ont réalisé des investissements pour 8,4 milliards € d’acquisitions,

En 2019, le montant était de 9,2 milliards.

La typologie des acquisitions est majoritairement des bureaux à hauteur de 65 %. Le reste des investissements se partage entre « les locaux commerciaux (15 %), la santé et résidences de service pour seniors, la logistique et locaux d’activité (5 %) l’hôtellerie (4 %). Les autres catégories (dont le résidentiel, les crèches/écoles, les locaux mixtes) complètent les investissements à hauteur de 3 % ».

Sur le plan localisation

Les investissements ont ciblé l’étranger pour 40 %, en privilégiant l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

En France, c’est Paris et l’Ile-de-France qui attire avec respectivement 11% et 38 %. Les régions représentent 22 % des investissements.

Les performances sont à pondérer avec les reports de loyers accordés aux locataires les plus impactés par le confinement, et des sociétés de gestion qui ont puisé ponctuellement dans leurs réserves pour lisser les résultats.

Accès à votre contenu
même hors ligne


ou
ou

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Note actuelle
(2 votes)
Votre note :
Commentaires

Aucun commentaire, soyez le premier à commenter cet article !

Votre commentaire sera publié après connexion.

Une question sur cet article ?
Les questions liées sur le forum

Aucune question en rapport sur le forum.