Vous êtes peut-être passé à côté : c’était le 27 juillet 2018

Actualité

Le jour de « libération fiscale » Ce vendredi 27 juillet est décrété le jour de « libération fiscale ». Décryptons le concept. Depuis le premier janvier, jusqu’à cette date, les français travaillent afin ...

Sommaire

Accès illimité même hors ligne

PDF

Le jour de « libération fiscale »

Ce vendredi 27 juillet est décrété le jour de « libération fiscale ». Décryptons le concept. Depuis le premier janvier, jusqu’à cette date, les français travaillent afin de participer au financement des dépenses publiques. Ils travaillent pour l'État. Depuis ce vendredi, ils travaillent pour eux.

L’étude de ce phénomène a une portée européenne, et donne une évaluation de la pression fiscale.

L’Institut Economique Molinari (IEM) qui réalise cette étude ne fait pas l’unanimité sur les paramètres servant de base aux calculs.

Le financement de l'État se fait en partie par l'impôt des particuliers, et également par la contribution des taxes sur les entreprises, leurs plus-values et leurs bénéfices.

A cela peuvent s’ajouter les taxes à la consommation.

Quid de l’étude

L’étude ne comptabilise que les dépenses publiques. Les prestations sociales perçues par les particuliers, sont exclues du calcul.

La France a une politique marquée d’actions et de prestations liées à la prévoyance, ainsi qu’au maintien du système de retraite et de solidarité.

Notre système social : maladie, chômage, retraite, pèse historiquement sur dépenses publiques sociales, qui sont redistribuées, pour partie aux intéressés.

Ce qui se traduit par des prélèvements et cotisations plus élevées que dans d’autres pays européens.

Deux jours de gagnés

La bonne nouvelle vient du fait que la date est deux jours plus tôt que l'année dernière.

De façon induite il s’agit d’un gain du pouvoir d’achat. Cette année le gain avancé de 2 jours sur la date de l’année dernière, trouve son explication dans le recul des dépenses publiques.

Les contribuables français travaillent donc maintenant (jusqu’à la fin de l’année) uniquement pour eux, et non plus pour les services publics. Ils sont quittes des impôts et prélèvements pesant sur leurs revenus.

A titre d’information, sans aspect comparatif, pour les raisons que nous avons évoquées, les dates étaient respectivement le 8 mai pour le Royaume-Uni, et le 17 juillet pour la Belgique.

Accès illimité même hors ligne

PDF

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Note actuelle
(5 votes)
Votre note

Commentaires

FF
Frédéric fredhimself
nous sommes retourné au moyen âge : la dîme et la gabelle sont de retour, l'éternel prétexte des aides sociales, soit disant redistribuées est complétement fallacieux, nous sommes taxés sur la taxe et over-taxés, bientôt une taxe sur l'air que nous respirons... J'aimerais bien savoir comment on peut lobotomiser à ce point 67 millions de français ! Au fait j'ai eu le service client Amazon au tel, "Irlande" s'est affiché sur le mobile ... ah ah ah ! ! Vive la délinquance en col blanc, vive l'évasion fiscale et vive la France !
MM
maryse martin
Très bonne nouvelle mais moins bien que le Royaume Uni et la Belgique ! Peu mieux faire ...............
AD
Alain DENIS
bonne nouvelle

Votre commentaire sera publié après connexion.