Défiscalisation des pourboires par carte bancaire

Impôt sur le revenu - IRPP
Actualité

Dans le cadre d’un déplacement à Lyon, le Président de la République a annoncé la défiscalisation des paiements des pourboires par carte bancaire. Un secteur qui peine à recruter Ce ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Dans le cadre d’un déplacement à Lyon, le Président de la République a annoncé la défiscalisation des paiements des pourboires par carte bancaire.

Un secteur qui peine à recruter

Ce lundi 27 septembre, le Président de la République était en déplacement à Lyon. Ce secteur qui a fait l’objet de nombreux mois de fermeture administrative du fait de la crise sanitaire a été l’un des principaux bénéficiaires des aides mises en place par l’État, tels le fonds de solidarité, le prêt garanti par l’État (PGE) et l’activité partielle.

Ce secteur qui compte environ 1,2 million d’employés en comptant la restauration collective peine à recruter en cette période de reprise de l’économie. Pendant les périodes de fermeture, de nombreux employés du secteur se sont en effet réorientés professionnellement.

Défiscalisation des pourboires

Afin d’attirer la main-d’œuvre vers ce secteur, le Président de la République a annoncé devant les professionnels réunis au SIRAH (salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation) la défiscalisation des paiements des pourboires réalisés par carte bancaire.

Emmanuel Macron a précisé que cette mesure entrerait en vigueur dans les prochains mois. Le paiement des pourboires par carte bancaire, très courant aux États-Unis notamment, est une pratique quasiment absente en France. Dans la législation actuelle, ces sommes sont soumises aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu (IR). Précisons que les paiements des pourboires en espèces sont également en principe soumis aux cotisations et à l’IR. Mais dans les faits, ni l’employeur (pour les cotisations), ni les salariés (pour l’impôt) ne déclarent ces sommes.

L’objectif de la mesure est d’inciter plus de jeunes, mais également de moins jeunes à rejoindre ce secteur, en les attirant avec la perspective de gagner plus que la rémunération nette mentionnée sur le bulletin de paye.