Le label « Relance » veut encourager les placements dans les PME françaises.

Actualité

Un label pour les fonds d'investisssement Depuis le 19 octobre 2020, les fonds d’investissement peuvent prétendre au label « Relance » qui permet de distinguer les fonds qui participent au financement des PME ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Un label pour les fonds d'investisssement

Depuis le 19 octobre 2020, les fonds d’investissement peuvent prétendre au label « Relance » qui permet de distinguer les fonds qui participent au financement des PME françaises, contribuant ainsi à relancer l’économie.

Pour Laure Delahousse, directrice générale adjointe de l’AFG (Association Française de la Gestion financière), partie prenante dans l’élaboration du label : « Son objectif est de mettre un coup de projecteur sur les fonds qui financent les entreprises françaises, notamment celles de taille moyenne, pour qu’elles puissent innover, se développer et créer des emplois ».

Avec ce label, c’est la possibilité d’identifier les placements qui apportent une réponse aux besoins de financement des entreprises françaises, et donc de mobiliser l’épargne de ceux, souhaitant et pouvant directement participer à la relance.

Faisant suite à la crise sanitaire, cette épargne répondra aux besoins de financements de l’économie française. Elle sera ainsi investie vers le financement à long terme des entreprises.

Les fonds détenant ce label, peuvent être, souscrits par des épargnants, pour la majorité. Pour autant, certains fonds sont réservés à une clientèle professionnelle.

Pour les épargnants

Les souscriptions sont possibles par le biais de différentes enveloppes : l’assurance-vie (avec les unités de compte), les PEA et PEA-PME (Plans d’Epargne en Actions), le PER (Plan d’Epargne Retraite) ou l'épargne salariale.

Le respect de critères d’éligibilité nécessite que les organismes de placement collectif investissent une partie significative de leur actif (au moins 30%) dans des entreprises françaises (fonds propres ou quasi-fonds propres), dont des PME et ETI.

De même, ils doivent répondre à des critères d’investissement socialement responsable, et des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et Gouvernance).

Faire bouger l'épargne

Il s’agit de mobiliser l'épargne dormante des Français, une épargne forcée, du fait des mois de confinement.

Pour la Banque de France, cette épargne de précaution, générée par la crainte de l'avenir est estimée à une centaine de milliards d’euros.