Malgré les taux faibles, les épargnants ne consomment pas plus.

Actualité

La politique de taux La BCE (Banque Centrale Européenne) avec des taux négatifs, n’a pas l’impact escompté ni sur l’investissement des ménages, ni sur leur consommation. Des taux bas ont ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

La politique de taux

La BCE (Banque Centrale Européenne) avec des taux négatifs, n’a pas l’impact escompté ni sur l’investissement des ménages, ni sur leur consommation.

Des taux bas ont pour corollaire des rendements d’épargne faibles. Pour autant, ce n’est suffisant pour encourager l'investissement en actions à la place de la trésorerie à court terme.

Pareil pour la consommation des ménages qui n’augmente pas pour autant. Elle ne vient pas se substituer en compensation de l’investissement.

Que font les ménages

Les ménages préférent gonfler les dépôts à vue plutôt que de dépenser.

Une période attentiste

Un climat de prudence lié à l’incertitude maintient le taux d'épargne des français parmi l’un des plus élevés d'Europe, juste derrière l'Allemagne.

Les mesures de soutien au pouvoir d'achat n’ont pas servi la consommation.

« Malgré les primes défiscalisées, le versement anticipé des réductions d'impôt, l'amélioration de certains minima sociaux, Ils ont préféré épargner mettre de côté »

Le boom des dépôts à vue

Le premier trimestre 2019 a vu deux fois plus de versements en numéraire et dépôts à vue, qu'au quatrième trimestre 2018.

Les épargnants français sont plutôt portés sur les placements liquides et faiblement, voire pas risqués.

De faibles rendements

Les rendements de l’épargne restent inférieurs au taux de croissance de l’économie et frôlent le taux de l’inflation.

Les produits d'épargne liquides sont faiblement rémunérés, ce qui n’est pas incitatif pour les ménages qui se posent la question de l’opportunité ou pas d’un placement qui ne rapporte pas beaucoup plus, ou légèrement mieux rémunérés, que le compte courant. Le faible écart des taux n'est pas suffisant pour susciter un acte d’épargne de leur part.

En attendant les nouvelles mesures de la BCE envisagées pour septembre, les français continuent à « mettre de côté », c’est une façon de compenser autrement ces manques de rendements, avec une augmentation supplémentaire, de leur épargne.