Révélation des noms de 5 mauvais payeurs

DIVIDENDES
Actualité

Le ministère de l'économie vient de communiquer le nom de 5 grandes entreprises ne respectant pas la législation sur les délais de paiement. Le groupe Altice et le groupe Airbus ...

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Le ministère de l'économie vient de communiquer le nom de 5 grandes entreprises ne respectant pas la législation sur les délais de paiement. Le groupe Altice et le groupe Airbus sont notamment concernés.

Les 5 mauvais payeurs

La loi relative à la consommation (dite loi « Hamon ») du 17 mars 2014 sanctionne le non-respect des obligations légales de délais de paiement, pouvant prendre la forme d’une amende administrative (amendes maximales : 75.000 € pour une personne physique et 375.000 € pour une personne morale, montant doublé en cas de récidive).

La loi Hamon permet également d'assortir cette amende d'une publication. Le ministère de l'économie vient justement de publier une première liste de 5 grandes entreprises récemment sanctionnées à ce sujet sur le site www.economie.gouv.fr/dgccrf/sanctions-delais-paiement.

Entreprises

Date de la sanction

Montant de la sanction

NUMERICABLE

27 octobre 2015

375.000 €

SFR

27 octobre 2015

375.000 €

PAUL PREDAULT

27 octobre 2015

100.000 €

AIRBUS HELICOPTERS

5 novembre 2015

375.000 €

COMASUD

5 novembre 2015

87.900 €

Le Groupe Altice (Numéricable et SFR) et Aibus hélicopters ont écopé de la sanction maximum (375.000 €). Le charcutier Paul Prédault et la société Comasud (commerce interentreprises de bois et de matériaux de construction) ont écopé respectivement de 100.000 et 87.900 € d'amende.

Délais de paiement maximum

Nous rappelons que les délais de paiement maximum dans le secteur privé ont été instaurés par la loi de modernisation de l'économie (LME) du 4 août 2008 et aménagé ensuite par l'article 46 de la loi Macron.

Le délai de paiement contractuel entre professionnels ne peut excéder au choix :

  • 60 jours nets à compter de la date d'émission de la facture
  • ou 45 jours fin de mois à compter de la date d'émission de la facture à condition qu'il soit indiqué dans le contrat et qu'il ne constitue pas un abus manifeste à l'égard du créancier,
  • 45 jours nets pour les factures « périodiques» à compter de la date d’émission de la facture.

Lutte contre le non respect des délais de paiement

La communication de ces 5 noms sur le site de la DGCCRF s'accompagne d'un communiqué de presse du ministre de l'économie, Emmanuel Macron. Il rappelle que selon l'étude de la société Altares, les retards de paiement atteignent en moyenne 13,6 jours en France, un record depuis 10 ans. L'existence même de certaines TPE ou PME étant remise en cause par le non respect des délais de paiement par leurs clients, souvent plus gros qu'eux, a poussé le Gouvernement, en application de la loi Hamon a accéléré en 2015 le nombre de contrôles.

Extrait communiqué de presse Emmanuel Macron

Les retards de paiement ne cessent d’augmenter et atteignent 13,6 jours de retard en moyenne, la pire valeur depuis 10 ans.

Seules 1/3 des entreprises payent toutes leurs factures à l’heure.

1/3 des entreprises sont touchées par des retards de paiement, en particulier les TPE PME.

15 milliards d’euros de ressources non mobilisables pour les PME à cause des retards de paiement. [...]

En application de la loi relative à la consommation, la DGCCRF a mené un important plan de contrôle des entreprises sur le respect des délais de paiement en 2015.

Au 15 novembre 2015 :

- 2 249 entreprises ont été contrôlées

- 186 procédures ont été lancées

- 110 sanctions ont été prononcées pour 3,5 M€ d’amendes

- 76 procédures sont en cours

Le ministre évoque également de nouvelles réformes visant à augmenter le montant des amendes (jusqu'à 2 millions €) et entraînant une publication automatique de la sanction.

Extrait communiqué de presse Emmanuel Macron

Faisant le bilan du premier train de sanctions administratives prononcées, le ministre a décidé du renforcement de l’efficacité du dispositif de sanction dans un prochain véhicule législatif :

- Le plafond par amende sera porté à 2M € afin qu’il puisse être mieux proportionné aux profits pouvant être tiré des retards de paiement ;

- L’administration pourra désormais prononcer et faire exécuter plusieurs amendes contre les entreprises auteurs de multiples manquements (alors qu’aujourd’hui, ces amendes ne peuvent être exécutées que dans la limite du plafond par amende, c’est-à-dire actuellement 375.000 €) ;

- Toutes les sanctions seront désormais publiées, étant précisé que la durée et les modalités de publication pourront varier selon chaque situation.

Accès à votre contenu
même hors ligne


ou
ou

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?
Aucune note, soyez le premier à noter cet article !
Votre note :
Commentaires
M
Marietou
Je suis professeur vacataire d'une université et n'ai toujours pas perçu mon salaire de septembre (fin novembre). Ils sont très doués pour donner des amendes mais eux même ne payent pas leurs prestataires..
L
LaGrandeOurse
A quand une loi qui établira les mêmes délais de paiement pour l'administration ?
L
languedoc
L'administration et autres collectivités locales sont-ils concernés alors qu'ils sont les plus mauvais payeurs de France et de Navarre ? L'état a-t-il enfin décidé de s'appliquer à lui-même ce qu'il impose aux entreprises ?
S
samuel
et si on publiait le nom des entreprises adeptes de la publicité trompeuse ?
et celle des politiciens menteurs ?

Votre commentaire sera publié après connexion.